Skip to main content

Search

Search

Johnson & Johnson Santé-Beauté signe un engagement mondial New Plastics Economy

Johnson & Johnson Santé-Beauté signe un engagement mondial New Plastics Economy

La division Santé-Beauté de Johnson & Johnson annonce rejoindre une initiative ambitieuse, visant à développer une économie circulaire dans laquelle le plastique ne deviendrait plus un déchet.

Avec la Fondation Ellen Macarthur, le programme des Nations Unies pour l'Environnement, de nombreuses entreprises, gouvernements et ONG, cet engagement se donnera tous les moyens pour réussir à s'attaquer à l'un des problèmes environnementaux les plus importants de notre époque : les déchets plastiques et la nécessite d’une réforme des emballages.

En tant que signataire du nouvel engagement mondial « New Plastics Economy », Johnson & Johnson s'engage à utiliser davantage de matériaux recyclés dans ses emballages, à réduire les emballages en plastique à usage unique et à garantir que 100% de ses emballages soient réutilisables, recyclables ou compostables d’ici 2025 grâce à une évolution de leur conception, des partenariats et des investissements.

« Avec cette décision d'accélérer l’atteinte de ses objectifs en matière de développement durable, Johnson & Johnson reconnait qu’il est urgent de traiter la question des déchets plastiques et a conscience de sa propre responsabilité dans la recherche de solutions innovantes », déclare Paulette Frank, Vice-Présidente, Sante, Sécurité et Développement durable chez Johnson & Johnson.

Ce nouvel engagement mondial pour une « nouvelle économie du plastique » reflète le consensus croissant selon lequel les déchets plastiques sont devenus l'une des menaces environnementales les plus importantes de notre époque. Selon un rapport publié par le Forum Economique Mondial, plus de 40 ans après le lancement du premier symbole universel pour le recyclage, seulement 14% des emballages en plastique sont effectivement collectés pour être recyclés. Cet engagement collectif nous incite à agir pour obtenir un impact significatif sur les quelques 8,6 milliards de kg de plastique qui finissent dans l’océan chaque année - un chiffre qui pourrait doubler d'ici 2025.

« Nous considérons la question de la réforme de l'emballage a la fois comme une volonté de faire mieux et une opportunité de faire bien.  Nous pensons que cette initiative peut être un puissant levier pour adopter des changements significatifs dans notre comportement en tant qu'entreprise, ainsi que dans le comportement des consommateurs eux-mêmes. » affirme Alison Lewis, Directrice Marketing chez Johnson & Johnson.